Paroles de créateurs - Kévin, cofondateur de N'go Shoes

Kevin Gougeon Ngo Shoes

Kevin nous a reçu dans les bureaux nantais de N'go Shoes, marque de chaussures éthiques qui valorise le savoir-faire artisanal vietnamien. Il nous explique comment des voyages avec son ami d'enfance Ronan ont donné naissance à une aventure entrepreneuriale. Il nous parle des engagements de la marque, du processus de fabrication de ses chaussures et des personnes qui l'inspirent !

 

1/ Quelle est la genèse de N'go Shoes?

L'aventure N'go Shoes a démarré début 2016. En rentrant d'un voyage au Mexique, j'ai eu envie de créer quelque chose autour de ce que j'aimais: le voyage, l'artisanat. J'en ai discuté avec Ronan, un ami d'enfance avec lequel j'ai beaucoup voyagé et qui revenait lui-même de 2 ans au Vietnam où il avait travaillé pour une ONG. Il avait la connaissance du pays, de la langue, des contacts sur place... On s'est passionné pour l'artisanat local et notamment celui des minorités ethniques.

Quand on pense au Vietnam, on pense à l'industrie textile, au travail des enfants etc. On a une image négative. On avait envie de redorer l'image du pays, de montrer tout ce qui s'y faisait d'autre, et notamment cet artisanat que nous trouvons magnifique, les produits "faits main" qui valorisent la culture et les savoir-faire.

Ronan est reparti au Vietnam et on a commencé à rechercher des fournisseurs, des coopératives d'artisans, des associations pour le partenariat solidaire. On a dessiné nos premières chaussures, chose qu'on avait jamais fait de notre vie mais qu'on a pris grand plaisir à faire. Cela a pris à peu près un an et on s'est lancé en avril 2017 avec une campagne de crowdfunding qui nous a permis de lancer notre 1ere production.


2/ Quel est le processus de fabrication des N'go Shoes?

De manière générale, on fait en sorte de travailler en direct avec nos fournisseurs, d'éviter les intermédiaires pour s'assurer du côté éthique de la chaîne de production. Ronan vit la majorité du temps au Vietnam, proche de chacun de nos fournisseurs donc il peut s'assurer de la véracité de ce qu'on nous avance, des bonnes conditions de travail...

On travaille avec 3 types de fournisseurs:
- 1 à qui on achète les matières premières textiles ;
- 2 coopératives d'artisans : 1 dans le centre et 1 dans le Nord du Vietnam. On travaille surtout avec celle située au Nord du Vietnam qui regroupe une vingtaine de femmes. Elles tissent à la main de manière traditionnelle à l'aide de métiers à tisser en bois. On travaille avec elles sur le choix des couleurs, des motifs. On fait en sorte que cela soit esthétique et que cela s'implémente bien sur la chaussure.
- on fournit ensuite les grandes bandes de toile tissée à un petit atelier familial situé à Hanoi et à un autre à Hô Chi Minh qui procèdent à l'assemblage final.


3/ Pourquoi avoir apporté un aspect solidaire à N'go Shoes?

Dès le début du projet, il nous tenait à cœur d'établir un partenariat solidaire et nous avons rencontré plusieurs associations qui intervenaient au Vietnam.
Le projet de l'ONG Sao Bien nous a plu, notre rencontre avec son responsable s'est très bien passée.

C'est une ONG autrichienne qui intervient uniquement au Vietnam et dont l'objectif est de construire des écoles là où il y en a besoin. Ils interviennent surtout au Nord du Vietnam où ils se rendent dans les villages les plus reculés et marginalisés, ils évaluent les besoins et les urgences en infrastructures. Ils construisent ensuite des écoles en lien avec la population.

Les fonds sont à la fois publics et privés. N'go Shoes reverse une partie de chaque vente à l'association et depuis le début du projet, nous avons contribué à financer 2 écoles: 1 dans le Nord proche du village des artisans avec lesquels nous travaillons et 1 dans le centre du pays. Ces écoles accueillent entre 50 et 60 élèves, âgés de 6 à 11 ans. Cela leur permet d'avoir un endroit "en dur", sécurisé, où ils ont tous les moyens pour étudier.

On a fait le choix de ce projet pour plusieurs raisons: la 1ere c'est que j'ai longtemps voulu être enseignant. La 2e c'est que lors d'un voyage en 2010 au Pérou avec Ronan, nous avons participé à un projet humanitaire pour lequel nous avons aidé à construire une crèche dans un bidonville. Enfin, la raison la plus générale, c'est qu'on reste persuadé que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture est l'un des meilleurs moyens de lutter contre la pauvreté et l'isolement des populations.


4/ Pourquoi avoir fait le choix de vous engager dans la mode éthique?

On a toujours été sensible aux produits équitables, notamment sur l'alimentaire. En créant N'go Shoes, on avait envie de se lever le matin avec la motivation, le sentiment de faire le bien autour de soi... à notre petite échelle, de "changer le monde". On a choisi de s'engager dans la mode éthique car on avait conscience - et encore plus au Vietnam - de tous les côtés néfastes et destructeurs de l'industrie textile. On a eu envie de montrer qu'on pouvait faire autrement. Depuis, cela a complètement changé notre manière de voir les choses et de consommer.



5/ As-tu des héros/ïnes? Il y a-t-il des personnes qui t'inspirent?


Je trouve mes sources d'inspiration dans le cinéma et la musique. Depuis l'enfance, j'écoute Brassens, Moustaki, Brel... et de tous, c'est Jacques Brel qui m'inspire le plus. Ses valeurs, ses textes, tout ce qu'il représente... Sa joie de vivre, sa façon de vivre...

 

6/ Quels sont les prochains challenges de N'go Shoes?

Jusqu'à maintenant on avait une collection printemps/été. On avait envie de lancer une 1ere collection automne/hiver avec les mêmes valeurs équitables et solidaires, et avec des matières écologiques. Cette nouvelle collection sortira mi-octobre via une campagne de crowdfunding. Nous dévoilerons les prototypes au salon Première Classe / Who's next à Paris du 7 au 10 septembre 2018 et le lancement des précommandes sera pour mi-octobre.

 

Ngo Shoes baskets éthiques

 

Voir la collection N'go Shoes

 

Vous aimerez aussi...