Chaussures à base de fruits : toujours plus loin dans le zéro déchet

Publié par Fair Feet le

chaussures à base de fruits

 

La mode n'en finit plus de nous surprendre ! En quelques années, l'industrie de la chaussure n'a eu de cesse d'innover. Baskets conçues à partir d'algues invasives ou de matières recyclées (plastique, pneu, filet de pêche, etc)... Le cuir n'a désormais plus le monopole !

Depuis peu, ce sont les chaussures à base de fruits qui font parler d'elles. Ananas, raisin, banane, pomme... Leurs fibres, jadis considérées comme des déchets agricoles et destinées à la destruction, sont aujourd'hui transformées en baskets, ballerines ou souliers habillés. Mais à quoi ressemblent ces chaussures fruitées ?

 

Les chaussures fabriquées à partir de fibres d'ananas

C'est en voyageant aux Philippines que le Dr. Carmen Hijosa a eu l'idée de transformer des feuilles d'ananas en cuir végétal : le Piñatex. Depuis les années 90, ce qui était un déchet agricole non exploité permet désormais aux producteurs d'ananas de bénéficier d'un revenu complémentaire tout en réduisant leur production de déchets.

Lors de la récolte d'ananas, les fibres des feuilles sont extraites avant d'être lavées et séchées au soleil. Après avoir éliminé toutes les impuretés, elles sont mélangées à un acide polylactique à base de maïs (PLA) pour créer une sorte de filet non tissé. Une couche de finition en résine y est ensuite appliquée pour augmenter sa résistance, sa durabilité et son côté déperlant.

Le Piñatex est aujourd'hui utilisé par plus de 1000 marques dans le monde, dont Hugo Boss, Nae ou encore Po-Zu qui en ont fait le clou de leurs collections de chaussures.

 

baskets en cuir d'ananas par Hugo Boss

 

Les baskets en fibres de bananier

Restons encore aux Philippines un instant. Outre l'ananas, les plantations de bananiers y sont nombreuses et présentent l'avantage de ne nécessiter aucun traitement chimique. Les feuilles de cet arbre sont à la fois souples et résistantes, ce qui en fait un matériau intéressant pour la fabrication de chaussures.

Pour créer du cuir végétal Bananatex®, on extrait, tisse et traite les fibres des feuilles de bananiers avec de la cire d'abeille. 

Comme pour l'ananas, on obtient ainsi une alternative végétale au cuir animal. La marque française Saola Shoes a présenté son tout premier modèle à base de cuir de banane. Vous pouvez le retrouver sur notre estore (disponible du 36.5 au 41 au prix de 99,95€). 

baskets en fibres de bananier Saola Shoes

 

 

Les sneakers conçues à base de raisin

Dans la même vigne, euh veine... nous retrouvons les chaussures à base de déchets vinicoles. Au moment des vendanges, le raisin est pressé pour en extraire le jus. Les résidus (les tiges, les pépins, la peau...) sont récupérés, séchés, broyés, puis mélangés à des huiles et matières recyclées pour créer une pâte qui sera ensuite étalée et transformée en cuir végétal.

On retrouve ce matériau dans les collections de jeunes marques françaises comme Zèta ou encore Minuit sur Terre.

baskets en cuir de raisin Zèta

 

 Les chaussures composées de fibres de pomme

Saviez-vous que plus d'un quart de chaque pomme utilisée par l'industrie alimentaire est gaspillé ? Une entreprise danoise s'est saisie du sujet et transforme les déchets alimentaires issus de l'exploitation de la pomme en pâte puis en cuir végétal. 

On retrouve notamment ce matériau dans les collections de chaussures de marques véganes comme Minuit sur Terre.

baskets en cuir de pomme Minuit sur terre

Les autres chaussures zéro déchet

Algues invasives, pneus de voiture, filets de pêche, bouchons de liège, textiles, caoutchouc... il est possible de recycler de nombreux matériaux pour créer des chaussures. Retrouvez notre collection de chaussures zéro déchet sur notre estore et contribuez à la réduction des déchets industriels et agricoles. 
baskets zéro déchet sur Fair Feet

Partager ce message



← Message plus ancien